Chess Books and The Chess Computers
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Chess Books and The Chess Computers

~ Revues d'Échecs ~ Livres d'Échecs ~ Compositions Échiquéennes ~ Échiquiers Électroniques ~ Logiciels d'Échecs ~ E-commerce Website Chess ~
 
Échecs Site BELÉchecs Site BEL  Schachcomputer Info DESchachcomputer Info DE  Warnemuende cc DEWarnemuende cc DE  Foro Chesscc ESPForo Chesscc ESP  JCDiamond Blog Chess FRAJCDiamond Blog Chess FRA  Chessgod101 UKChessgod101 UK  HIARCS Chess ForumsHIARCS Chess Forums  ICCFICCF  A.J.E.CA.J.E.C  Ficgs.comFicgs.com  Chess.comChess.com  Chessbase.comChessbase.com  DecodeChess DecodeChess  Lichess.orgLichess.org  PortailPortail  PublicationsPublications  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  AccueilAccueil  
... Bonjour ... Enregistrez-vous puis connectez-vous à ce forum pour participer le plus rapidement à son épanouissement échiquéen ! ... cbcc95.forumactif.org ...
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Latzel barnes Loyd speckmann Visserman Hendrik Harley Kraemer chess960 Gerardus Grasemann Samuel Bolton Mansfield novag Revelation Drese chess Hartong Pradignat SAMMELIUS Ahues Laws 2023 Bettmann LAZARD
Derniers sujets
»  France vs Ukraine 2024 Échiquier 19
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyHier à 17:46 par Diamant

» PROBLEM N°13O8 By Carel Johan Robert Sammelius
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyJeu 22 Fév 2024 - 19:40 par Albert Diogène Dolifion

» Les sœurs Botez, phénomène des échecs ...
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyJeu 22 Fév 2024 - 16:55 par Zara

» [Sport.Record] Ashwath Kaushik
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyJeu 22 Fév 2024 - 15:14 par Ludwig25

» [FORUMACTIF] Le classement des forums de Jeux d'Échecs
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyJeu 22 Fév 2024 - 10:20 par Diamant

» PROBLEM N°131O By Carel Johan Robert Sammelius
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyJeu 22 Fév 2024 - 10:20 par Diamant

» PROBLEM N°13O9 By Carel Johan Robert Sammelius
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyJeu 22 Fév 2024 - 10:20 par Diamant

» Échecs et Sexy ?
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyMer 21 Fév 2024 - 22:14 par Zara

» [ICCF] LES PARTIES C960/P/147, Chess 960 preliminary 147
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyLun 19 Fév 2024 - 19:40 par Diamant

Février 2024
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829   
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      

Petites annonces

Le Deal du moment :
PC portable MEDION AKOYA E15423 15,6″ FHD ( ...
Voir le deal
249.99 €

Partagez
 

 [The Prodigy Not Chess] William James Sedis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diamant
Admin
Admin
Diamant

Messages : 4820
Points : 11438
Date d'inscription : 13/04/2013
Localisation : Devant mes... échiquiers électroniques ?! ♔♕♖♗♘♙ ..ლ(▀̿̿Ĺ̯̿̿▀̿ლ)..

[The Prodigy Not Chess] William James Sedis Empty
MessageSujet: [The Prodigy Not Chess] William James Sedis   [The Prodigy Not Chess] William James Sedis EmptyMar 5 Jan 2021 - 23:26

[The Prodigy Not Chess] William James Sedis Willia11

-William James Sedis- L'histoire de l'homme le plus intelligent du monde...  ithumright

Naissance : 1 avr. 1898 · New York, États-Unis ~ Mort : 17 juil. 1944 · Boston, MA :  Wikipédia

On le considère comme la personne la plus intelligente du monde, quelqu’un qui a un esprit prodigieux et dont le quotient intellectuel se trouvait entre 250 et 300. William James Sidis était une calculatrice humaine et un génie de la linguistique, quelqu’un dont on attendait des réussites incroyables.
Cependant, il y a une matière qu’il n’a jamais résolu et qui l’emporta précocement : la tristesse. No

Imaginons un moment un enfant qui, à 18 mois, pouvait lire le New York Times.
Imaginons-le à présent à 8 ans, parlant couramment le français, l’allemand, le russe, le turc et l’arménien, dominant le latin et bien sûr l’anglais, sa langue maternelle. Allons un peu plus loin et visualisons ce même enfant à 9 ans créant une langue appelé “vendergood” que les linguistes ont étudiée et ont qualifiée de complète, correcte et fascinante.

Je veux vivre une vie parfaite.
La seule manière d’y arriver est à travers l’isolement et la solitude.
J’ai toujours détesté les multitudes.


Cet enfant était William James Sidis, un enfant d’immigrés russes juifs et né à New York le 1er avril 1898.
On a beaucoup parlé et écrit sur lui, et comme toujours dans ces cas, des fictions ont été réalisées, on a exagéré des choses et on a romancé la biographie d’un homme avec la plume du romantique et la teinture du fantastique, alors qu’il s’agit d’une histoire assez crue.
Mais malgré tout extrêmement intéressante d’un point de vue psychologique.

Les témoignages physiques et autres documentaires reflètent un grand nombre de faits réels.
L’un d’entre eux est aussi simple qu’incroyable : William James Sidis n’eut jamais d’enfance.
Il n’a jamais pu profiter du droit à être un enfant, alors qu’il était très intelligent.
À 9 ans, il a été accepté à l’Université de Harvard et lors d’une nuit froide de janvier 1910, à 12 ans, il a donné sa première conférence sur la quatrième dimension face à la communauté scientifique et la presse d’alors.

Ses parents, un reconnu psychologue russe et une des premières docteures en médecine de l’époque, avaient un objectif clair : ils voulaient un génie.
Ils ont éduqué son esprit en oubliant complètement le plus important : son cœur et ses émotions.

La génétique, les prédispositions et un entourage hautement facilitateur
Pour connaître chaque détail de la vie de celui que l’on considère comme “l’homme le plus intelligent du monde”, il existe un livre : The Prodigy: A Biography of William James Sidis, America’s Greatest Child Prodigy, de Amy Wallace.
Dedans, on se rend rapidement compte de l’enfance que ce personnage a eue.

Son père comme sa mère avaient un esprit brillant, d’où l’importance du facteur génétique dans son intelligence supérieure.
Cependant, l’objectif de ce couple quand ils ont eu un enfant était aussi clair que polémique : ils voulaient entraîner le cerveau de leur enfant pour qu’il devienne un génie.

Une vie de laboratoire et d’exposition publique
À la génétique s’ajoute bien sûr un environnement facilitateur, hautement stimulant et orienté vers une fin très concrète.
On sait que son père, Boris Sidis, utilisait des techniques sophistiquées -dont l’hypnose- pour stimuler précocement les capacités et le potentiel de son enfant.

Sa mère, de son côté, a arrêté la médecine pour, selon elle, “modeler” son enfant et innover dans de nouvelles stratégies d’enseignement.
On dit que William lui-même, sans aucun doute, montrait aussi de claires prédispositions à l’apprentissage.
Cependant, quelque chose l’a toujours marqué et traumatisé : l’exposition au public et aux médias.

Ses parents publiaient des rapports académiques régulièrement pour montrer les progrès et les réussites du petit.
La presse était en haleine, tout comme la communauté scientifique, face au développement de l’enfant.
On sait que pendant qu’il étudiait à Harvard, il a notamment souffert du harcèlement quotidien de la presse.
Après l’obtention de son diplôme cum laude et après avoir étonné tou-te-s les professeur-e-s grâce à ses théories sur la quatrième dimension, il a été “transporté” à l’Université de Houston pour donner des cours de mathématiques, tout en débutant en même temps son cursus de droit.

N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur.

Albert Einstein-

Une fois qu’il a retrouvé la liberté, William James Sidis a changé de nom.
Il souhaitait une vie anodine, mais il était toujours retrouvé par ses parents ou la presse.
Il a commencé une pérégrination au fil des États-Unis, où il cherchait des emplois éphémères et il faisait ce qu’il préférait : écrire.
Il a publié beaucoup de choses différentes sous des pseudonymes variés.
Il a écrit des livres sur l’histoire et d’autres sur la théorie des trous noirs.
Selon ses biographes, il pourrait exister des dizaines de livres oubliés, derrière lesquels se cache en réalité la figure de William James Sidis.

Une fin précoce et dans la solitude :
William James Sidis n’a jamais aimé qu’une seule femme : Martha Foley, une jeune activiste irlandaise avec laquelle il a eu une relation complexe et instable. La photo de cette femme est le seul effet que l’on a trouvé dans ses vêtements quand, en 1944, on retrouva son corps sans vie dans un petit appartement de Boston.
Il avait 46 ans et il est mort d’une hémorragie cérébrale.

Il passa ses dernières années de tribunal en tribunal.
La presse n’a fait que le calomnier : “L’enfant prodige, qui n’est arrivé à rien, travaille comme serveur”, “L’homme le plus intelligent du monde a une vie misérable”, “Le génie des mathématiques et de la linguistique a grillé”. “William James Sidis s’est fatigué de réfléchir”.

Nous ne savons pas s’il s’est vraiment fatigué de réfléchir et même de vivre.
Mais, d’après ses biographies, on peut déduire qu’il s’est fatigué de la société et de cet environnement familial et académique qui avait mis sur ses épaules de fortes attentes avant même qu’il ne naisse.

Il s’est fatigué de ne pouvoir être lui-même et quand il a enfin eu l’opportunité de l’être, il n’y est pas parvenu.
C’était un expert en trous noirs et en quatrième dimension, mais la matière la plus importante de la vie, celle qui consiste à apprendre et à lutter pour son propre bonheur lui a toujours échappé des mains, de la vue et du cœur…

William James Sidis reste encore aujourd’hui la personne qui avait le quotient intellectuel le plus élevé qui ait été enregistré.
Derrière lui, se trouve Terence Tao, qui a un QI de 225-230, un jeune mathématicien australien qui donne actuellement des cours à l’Université de Los Angeles.

Cependant, il est très possible que dans un endroit du monde, il y ait un ou plusieurs enfants prodiges, pas encore identifiés, qui dépassent ces niveaux d’intelligence.
Mais, en réalité, peu importe car les chiffres ne sont que des chiffres. L’essentiel dans ces cas est qu’on leur permette d’avoir une enfance, d’être des enfants, de profiter de liens émotionnels sûrs grâce auxquels ils peuvent se réaliser personnellement dans ce qu’ils souhaitent, en toute liberté et sans pression.

Car comme nous l’avons vu dans cette histoire, une intelligence supérieure n’est pas forcément synonyme de bonheur... geek



Source du texte : https://nospensees.fr/lhistoire-de-lhomme-plus-intelligent-monde/

__________________
 JcD  ► Ἀδάμας 13-4-13 ~ [The Prodigy Not Chess] William James Sedis Perso-7 ~

[The Prodigy Not Chess] William James Sedis Sms_1110
Revenir en haut Aller en bas
http://diamantidis.unblog.fr
 
[The Prodigy Not Chess] William James Sedis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PROBLEM N°O778 By Mrs. William James Baird
» PROBLEM N°OOO1 By Mrs. William James Baird
» PROBLEM N°O6O2 By Mrs. William James Baird
»  Wood pusher | The sexiest chess players | Chess Sex
» PROBLEM N°O269 By Mrs. William James Baird

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chess Books and The Chess Computers :: Ouvrages ◙ Biographies ◙ Joueurs/joueuses ◙ Reportages-
Sauter vers: